Questions de Caf en Bourgogne

Le blog officiel des Caf de Bourgogne
 

Mots clés

Ajpp : votre Caf à vos côtés si votre enfant rencontre de sérieux problèmes de santé

par Modératrice , Caf Bourgogne
24Avr2018
allocation journalière de présence parentale

Crédit illustration : pixabay

Votre enfant est tombé gravement malade, accidenté ou handicapé ?

Son état de santé nécessite votre présence à ses côtés, ce qui vous oblige à arrêter ponctuellement de travailler ?

Alors vous avez peut-être droit à l’Allocation journalière de présence parentale (Ajpp) !

La lecture de la suite de cet article vous apportera toutes les informations utiles…

Qu’est-ce que l’Ajpp ?

L’Allocation journalière de présence parentale (Ajpp) est une aide financière versée par votre Caf lorsque votre enfant à charge (âgé de moins de 20 ans) est atteint d’une maladie ou
d’un handicap grave, ou être victime d’un accident grave nécessitant la présence d’une personne à ses côtés.

Cette allocation a pour objectif de vous aider à compenser une perte de revenus si vous cessez ponctuellement d’exercer votre activité professionnelle pour vous occuper de votre enfant. Dans ce cas :

  • Si vous êtes salarié, vous devez faire une demande de congé de présence parentale auprès de votre employeur.
  • Si vous êtes au chômage indemnisé, dès que vous bénéficierez de l’Ajpp, le paiement de vos allocations de chômage sera automatiquement suspendu à la demande de la Caf.
  • Si vous êtes au chômage non indemnisé, vous ne pouvez pas prétendre à l’Ajpp.

Quel est le montant de l’Ajpp ? (montants valables du 1er avril 2018 au 31 mars 2019)

allocation journalière de présence parentale

Crédit illustration : pixabay

Sans entrer dans des détails trop techniques, si vous remplissez les conditions générales pour bénéficier des prestations familiales, sachez qu’il vous sera versé, chaque mois, 43,79 € (si vous vivez en couple) ou 52,03 € (si vous vivez seul.e) pour chaque jour d’absence pris au cours de ce mois (limité à 22 jours) au titre du congé de présence parentale.

Par exemple :

  • vous vivez seul(e) et vous vous absentez de votre travail pendant 5 jours au cours du mois, vous recevrez 260,15 € (soit 52,03 € multipliés par 5).
  • vous vivez en couple et vous vous absentez 23 jours, vous recevrez 963,38 € (soit 43,79€ multipliés par 22, ce qui est le nombre de jours maximum pris en charge).

Comment demander à bénéficier de l’Ajpp ?

Lorsque vous adresserez votre demande à votre Caf, sachez que vous devrez l’accompagner d’un certificat médical détaillé, sous pli cacheté, précisant la nécessité de soins contraignants et de votre présence soutenue auprès de lui ainsi que la durée prévisible du traitement de l’enfant.

Pour télécharger votre demande d’Ajpp, cliquez sur ce lien

Bon à savoir

► Le droit à l’Ajpp est soumis à un avis favorable du contrôle médical de l’assurance maladie dont dépend votre enfant.

► L’Ajpp peut être versée simultanément ou alternativement au deux membres du couple de parents, toujours dans la limite de 22 jours par mois.

► Le droit est ouvert par période de 6 mois renouvelable dans la limite de 3 ans. Au cours de cette période de 3 ans, vous pouvez bénéficier de 310 allocations journalières au maximum. En cas de nouvelle pathologie, vos droits peuvent être renouvelés avant la limite de ces trois ans, si vous en faites la demande.

► Le versement de l’Ajpp ouvre droit aux prestations en nature de l’Assurance maladie pendant toute sa durée, ainsi qu’à l’Assurance vieillesse.

allocation journalière de présence parentale

Crédit illustration : pixabay

► Si vous avez engagé des dépenses liées à l’état de santé de votre enfant pour un montant égal ou supérieur à 112 €, un complément mensuel de 112€ peut vous être versé. Ce complément n’est pas dû en cas d’interruption ou de fin de droits à l’Ajpp.

► Pour prétendre à l’Ajpp, vous ne pouvez PAS recevoir en même temps :
o les indemnités journalières maladie, maternité, paternité ou d’accident du travail
o l’allocation forfaitaire de repos maternel, ou l’allocation de remplacement pour maternité
o une pension de retraite ou d’invalidité
o le complément de libre choix d’activité de la prestation d’accueil du jeune enfant
o l’allocation aux adultes handicapés
o un complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé versé pour cet enfant
o une allocation de chômage.

Cet article vous a été utile ?

Alors n’oubliez pas de le faire circuler autour de vous, par e-mail ou sur les réseaux sociaux !

Vous rendrez certainement service aux parents concernés.

Classé dans Etre parents, Handicap